service_design_architect

Sauvons les mathématiques

Par barpaul | Le 13/12/2015

Les réformes successives de l'enseignement viennent appauvrir considérablement la formation en mathmétiques (et en français) des élèves.

Depuis mes années 1970, le nombre d'heures consacrées au mathématiques dans la scolraité a subit une chute impressionannte.

Au primaire, des notions mathématiques jugées fondamentales à l'époque et qui devaient constituer le bagage indispenssable d'un écolier avant l'entrée en collège, la plupart sont aujourd'hui seulement découvertes au collège.

Au lycée, pour ceux qui optent pour un parcours scientifique, la terminale S actuel (y compris avec spécialité mathématiques) est sans commune mesure avec la terminale C d'antan. De larges pans du programme sont passés aux oubliettes et on estime à 50% ce qu'il en reste aujourd'hui en S.

Les professeurs, les enseignants-chercheurs et mathématiciens tirent la sonnete d'alarme afin de stopper la pandémie. 

Vous l'aurez compris, la spectaculaire évolution du taux de réussite au bac S (et en bac en général) n'est qu'un leurre.  

Taux de reussite au bac s

Pourtant, les compétences en mathématiques sont grandement recherchées dans de nombreux domaines : ingénierie, informatique, finance, banque, statistiques...

La reine des sciences est un outil indispensable pour de nombreuses autres sciences comme la physique, la chimie, l'astrophysique, ma médecine...

Bien que la conjecture actuelle ne soit pas favorable, il n'a cependant peut-être jamais été aussi facile de se démarquer.

Et pours les élèves et étudiants qui sont réeelemnt motivés, atteindre un bon niveau ou viser l'excellence est la voie royale vers des métiers fascinants.

Mathematica38 propose à ceux qui le souhaitent des solutions d'accompagnement vers l'excellence.  

Paul Baron